10 choses à savoir avant de visiter Cuba

Cela fait un bon bout de temps que je rêve de visiter Cuba. J’avais à cœur d’explorer cette île des Caraïbes avant qu’elle devienne trop touristique. En voyage, je ne recherche pas seulement de belles plages ou de beaux paysages. Ce que j’aime, c’est me confronter à d’autres cultures, d’autres façons de penser, d’autres manières de vivre. À Cuba, je n’ai pas été déçue. C’est un pays totalement différent de tout ce que j’ai pu voir jusqu’à présent !

Mon périple cubain fut comme on l’imagine : un délicieux cocktail de rhum, de cigares et de vieilles américaines. Mais pas seulement. Je me suis aussi confrontée au communisme pur et dur, à la réalité socio-économique cubaine et aux atteintes à la liberté des hommes. Ce fut sans conteste le voyage le plus enrichissant que j’ai pu faire.

Et pour cause, Cuba est un pays pas comme les autres. Son histoire, marquée par la colonisation espagnole, la guerre froide et la révolution castriste a laissé des traces. Et c’est justement là que réside toute la beauté de Cuba : un État qui a souffert et qui s’est battu sans jamais se soumettre. Un pays en ruines, disons-le, mais qui a tant à offrir d’un point de vue humain et culturel.

Pendant mon séjour, je me suis sentie littéralement coupée du monde, et j’ai réalisé que nous n’avions pas besoin de toutes ces technologies pour profiter de la vie. Sans téléphone, sans internet et sans télévision, je me suis laissée vivre comme le font les Cubains : un mojito à la main, un air de salsa dans les oreilles et un sourire sur les lèvres. Comme souvent, c’est en observant la joie de vivre de ceux qui ont peu que l’on se recentre sur l’essentiel.

De Cienfuegos à Trinidad en passant par la Havane, je n’ai croisé sur ma route que des gens accueillants, serviables et désireux de me faire partager un bout de leur culture. D’ailleurs, je me suis fait la promesse d’apprendre l’espagnol dès mon retour en France !

Je sais que nombre d’entre vous se demandent comment planifier des vacances dans ce pays sous embargo. Comment se loger, comment se déplacer, se sent-on en sécurité ? Voici donc, selon moi, toutes les choses utiles à savoir avant de visiter Cuba.

 

 

1. Il faut un visa et une assurance voyage pour se rendre sur le territoire

Le visa touristique est valable 30 jours, on peut le commander sur Internet ou faire sa demande directement auprès de l’ambassade cubaine à Paris. Quant à l’assurance voyage, il s’agit d’un document attestant que votre assurance prendra en charge toutes les dépenses médicales et de rapatriement en cas de pépin. Mieux vaut être en mesure de présenter celle-ci à votre arrivée, auquel cas vous serez contraint d’en souscrire une sur place. Et après 10h de vol, vous aurez sûrement mieux à faire…

2. Il existe deux monnaies à Cuba

Comment différencier le peso cubain (CUP) du peso cubain convertible (CUC) ? Le premier est utilisé par les locaux, le second par les touristes. Comme 1 CUC équivaut à 25 CUP, les Cubains paient bien moins cher que les touristes. Logique, puisque le salaire mensuel s’élève à seulement à 25 CUC, soit 25€ ! Sachez qu’il est possible (mais difficile) de retirer de l’argent à l’aéroport. Je vous conseille de faire changer votre argent aux bureaux de change à votre arrivée, puis de retirer de l’argent quelques jours plus tard dans un distributeur à la Havane ou une autre ville. Vous ne trouverez pas de distributeurs à tous les coins de rues, alors essayez d’avoir toujours un minimum de cash sur vous.

3. Il est très difficile de se connecter à Internet

Mieux vaut prévoir une petite digital detox lorsqu’on s’envole pour Cuba ! Si Internet est accessible à tous, on trouve très peu d’endroits pour se connecter. Le gouvernement a installé des bornes Wi-Fi dans les principales villes du pays (vous pourrez facilement les identifier, puisque vous y verrez une centaine de personnes le nez cloué à leur smartphone). Pour accéder à Internet, il faudra au préalable acheter une carte dans les bureaux officiels de l’entreprise publique en charge des télécommunications (ETECSA). Ne vous attendez pas à une connexion très haut débit, Cuba reste encore aujourd’hui l’un des pays les moins connectés du monde !

4. Vous logerez le plus souvent chez l’habitant

À Cuba, les hôtels sont rares et le plus souvent mal entretenus (à moins de loger dans un ancien palais colonial). La plupart des touristes choisissent donc l’option casa particular. Moins chère et plus conviviale, cette solution permet d’entrer en contact avec les locaux et de réellement s’immerger dans la culture cubaine. Vos hôtes seront ravis de vous préparer un repas typique ou de vous guider dans vos visites. Attention : réservez votre casa particular le plus longtemps à l’avance et reconfirmez votre venue 48h avant afin d’éviter d’être victime du surbooking, une pratique courante à Cuba…

5. Il est de coutume d’offrir des cadeaux aux locaux

À cause de l’embargo américain, les Cubains manquent de tout. Lors de votre venue, emportez des vieux vêtements, des fournitures scolaires ou des accessoires de toilette (savon, parfum, déodorant, dentifrice…) pour en faire don à la population. Nombreux seront ceux à vous solliciter dans la rue. Je vous conseille de donner vos affaires aux familles qui vivent dans les petits villages de campagne. Ne voyez pas ça comme un geste inopportun, abordez-les de façon aimable, ils seront contents de recevoir ces objets de première nécessité qu’ils ont tant de mal à trouver sur l’île.

6. Cuba est une dictature

Si le gouvernement se définit constitutionnellement comme une « république socialiste », le régime cubain est bel et bien une dictature déguisée dont le seul et unique parti politique ne tolère aucun opposant. Ainsi, les journalistes, indépendantistes et toute autre personne se montrant trop critique envers le régime sont régulièrement envoyés en prison. Bien sûr, cela n’impactera en rien votre voyage, mais j’estime que c’est un détail qui a son importance. Pour être tranquille, évitez de parler politique !

7. Cuba est un pays très pauvre

S’il y a bien une chose qui m’a laissé incrédule lors de mon voyage à Cuba, c’est de découvrir que les livrets de rationnement existaient encore à notre époque. Comme pendant la guerre froide en URSS, les Cubains ont un accès limité aux ressources alimentaires : on leur distribue tout juste de quoi se nourrir. À cause de l’embargo commercial mis en place par les Américains depuis 1962, l’économie cubaine et le niveau de vie de la population est au plus bas. Le salaire moyen est misérable et ne permet pas aux Cubains de vivre décemment, encore moins de s’offrir des vêtements ou des cosmétiques. D’où l’importance de leur faire cadeaux lors de votre visite.

8. Toutes les saisons sont bonnes pour visiter Cuba

La plupart des guides touristiques vous diront que la meilleure saison pour se rendre à Cuba est la saison sèche, de novembre à avril. J’ai personnellement choisi de partir pendant la saison humide, en plein mois d’août, en prenant le risque d’avoir de la pluie. Comme dans tous les pays tropicaux, les averses sont généralement violentes mais brèves. Je n’ai pas regretté d’être partie à cette période. Nous avons eu des journées magnifiques et les épisodes orageux nous ont offert un spectacle extraordinaire !

9. Les moustiques sont voraces

Même si le paludisme ne sévit pas sur l’île, les moustiques peuvent être porteurs de maladies comme la dengue ou le chikungunya. De jour comme de nuit, ils ne vous offriront aucun moment de répit. Je vous conseille donc d’emporter votre répulsif partout avec vous et de vous badigeonner le corps. J’ai réellement souffert de mes piqûres de moustiques lors de mon séjour à Cuba, j’en avais près d’une cinquantaine sur le corps ! Pour info, le ministère français de la santé recommande la gamme Insect Ecran. C’est aussi celle que je privilégie lorsque je voyage avec Insect Ecran Spécial Tropiques.

10. Cuba est une destination très sûre

Les Cubains sont globalement chaleureux et sympathiques envers les touristes. On peut se balader le soir en ville sans risquer quoique ce soit. Bien sûr, il convient de rester prudent avec ses affaires personnelles et de ne pas les laisser sans surveillance. Évitez aussi les tenues bling-bling qui pourraient être perçues comme une provocation. Adoptez une attitude modeste est le meilleur moyen de s’éviter les convoitises. Comme partout, il suffit de faire preuve de bon sens pour ne pas avoir de problème.

 

 

Partir à Cuba, c’est l’assurance d’une bonne grosse dose de dépaysement. Comme nous l’a expliqué notre guide cubain à notre arrivée, « ici, il faut laisser de côté son cerveau français, être patient et garder l’esprit ouvert ». Alors seulement vous pourrez vous rendre compte à quel point cette île est unique. À tous ceux qui aiment l’inattendu, le voyage en dehors des sentiers battus, Cuba est une destination qui saura vous toucher en plein cœur.

 

Épinglez cet article sur Pinterest :

10 choses à savoir avant de visiter cuba

2 Comments

  1. Hello!
    Je viens de rentrer de deux semaines a Cuba où j’y ai été seule durant plus de la moitié de mon séjour. Ça faisait deux ans que je rêvais d’y aller et je ne regrette absolument pas mon choix! Je suis tombée amoureuse de cette île et je compte y retourner bientôt. Les cubains sont des personnes charmantes avec une joie de vivre incomparable avec la notre, je me suis faite plusieurs amis avec lesquels je garde contact. Etant moi-même sud-américaine il n’a pas été difficile de m’intégrer paris eux et de me faire cubainiser comme ils aimaient me le dire. Lorsque je suis revenue en Suisse je n’avais qu’une seule envie: y retourner immédiatement.
    J’imagine que ton voyage s’est aussi bien déroulé que le mien! Je dévore tes articles et espère partir à Bali bientôt en suivant tes conseils!

    • Amandine Reply

      Hello Alessia,

      Merci pour ton commentaire ! Je partage ton avis sur Cuba, j’ai vraiment adoré la joie de vivre des Cubains et l’ambiance du pays, j’y retournerai aussi c’est certain 🙂

Leave A Reply

Navigate