Comment vaincre son anxiété du voyage ?

Cela vous est-il déjà arrivé de faire une nuit blanche la veille d’un départ en vacances ? Moi oui. Paradoxal, pas vrai, quand on sait que voyager est ce qui me fait vibrer. Pourtant, le voyage peut aussi provoquer chez moi de l’anxiété. Peur d’avoir mal organisé mes vacances, peur d’avoir un pépin de santé sur place… Comme tout le monde, j’ai mes angoisses, que ma conscience trop bavarde aime alimenter en amont de mes départs.

Je pourrais vous parler de la fois où j’ai réservé mes billets d’avion pour mon premier voyage solo et des nuits blanches qui ont suivi car mon esprit tourmenté se demandait si c’était vraiment une bonne idée de partir seule à New York. Ou de la fois où je me suis mise à pleurer dans un avion à Miami parce que celui-ci tardait à décoller à cause d’un ouragan de catégorie 5 en approche. Ou encore de la fois où j’ai dû être rapatriée d’urgence en France avant que l’Inde ne mette en place le confinement total pour lutter contre la propagation du coronavirus.

J’ai beau avoir l’âme d’une aventurière, il m’arrive d’être une vraie trouillarde. Heureusement, voyage après voyage, j’apprends à dompter mon anxiété afin de ne pas me laisser déborder par mes angoisses, en particulier lorsque celles-ci sont irraisonnées. Parfois j’y arrive, d’autres pas. Et ce n’est pas grave. L’essentiel, c’est d’y aller quand même. Car le voyage n’est jamais aussi beau que lorsqu’on dépasse ses peurs.

« Tout ce que vous avez à faire, c’est décidé de partir. Et le plus dur est fait »

Voyager comporte des risques, c’est vrai. Mais des risques, il y en a à tous les coins de rue. Je m’explique : vous pouvez aussi bien vous casser la jambe au bout du monde que sur le trottoir en bas de chez vous. Vous pouvez avoir un accident d’avion comme un accident de voiture en rentrant du travail. Vous pouvez faire une mauvaise rencontre en voyageant seule en tant que femme, comme vous pourriez le faire en rentrant de soirée dans votre quartier.

Une fois que l’on a compris cela, il devient plus facile de relativiser sur ses angoisses. En faisant preuve de bon sens et en respectant quelques règles simples, on réalise que voyager dans un pays étranger n’est pas plus dangereux que suivre son train-train quotidien. A moins, bien sûr, de se rendre dans des pays un peu plus « chauds » – et là, c’est un autre débat. En France comme à l’autre bout du monde, être conscient des risques suffit généralement à réduire vos chances d’y être confronté.

Et moi, j’ai peur de quoi ?

Bon, c’est bien beau de parler. Mais concrètement, comment je fais pour ne pas m’angoisser plus que de raison ? Au fil du temps, j’ai mis au point quelques stratégies qui me permettent de prendre du recul sur les situations stressantes. Par exemple, avoir un problème de santé en voyage est le genre de choses qui m’angoisse. Alors pour calmer mon penchant hypocondriaque, j’ai trouvé la solution : partir avec une trousse de pharmacie complète, faire les vaccins nécessaires, voire souscrire à une assurance voyage complémentaire. Pour faire clair : je me protège au maximum pour limiter les risques et partir l’esprit tranquille.

Autre technique qui s’est révélée diablement efficace pour apprivoiser mes angoisses : je les couche sur papier, puis je rédige la solution à côté. Par exemple : si j’ai peur de louper mon avion, la solution sera de venir plusieurs heures avant mon vol à l’aéroport. L’idée n’est pas de lutter contre mes angoisses, mais plutôt de les accepter, sans pour autant me laisser gagner par des pensées parasites. Ce petit travail d’introspection me permet de réaliser que la plupart de mes peurs sont infondées et irraisonnées. Et si jamais un événement malheureux venait à se produire, je serai préparée. Ce sentiment de prévisibilité et de contrôle est la clé pour vaincre son anxiété du voyage.

Le voyage est la meilleure des thérapies

En discutant autour de moi, j’ai compris que c’était tout à fait normal d’angoisser à l’idée de partir en voyage. Cela arrive même à ceux qui ont fait le tour du monde ! Pour stopper ce cercle vicieux, la meilleure des thérapies est encore de soigner le mal par le mal. Après tout, quel moment est le plus propice à la détente que le voyage ? Loin des problèmes du quotidien, on peut profiter pleinement de la vie et laisser le stress derrière nous. D’ailleurs, c’est souvent une fois arrivée sur place que je me rends compte à quel point il n’y avait aucune raison de s’inquiéter. Alors tant pis si je n’en dors pas la veille, je ressors de chaque voyage un peu plus sereine et toujours plus courageuse.

C’est en rentrant d’Inde que je me suis mise à écrire cet article. Avant de partir, j’avais quelques appréhensions, car je savais que je me rendais dans un pays très différent du mien qui en avait chamboulé plus d’un (et pas toujours dans le bon sens du terme). Mais j’avais réellement envie de sortir de ma zone de confort en visitant l’Inde, quitte à avoir un vrai choc des cultures. A peine débarquée, mon amour de l’inconnu a repris le dessus. Je suis rentrée de ce voyage transformée et je n’aurais jamais pu tomber amoureuse de ce pays si j’avais écouté mes peurs. Il y a tellement de belles choses dans ce monde pour qui se donne la peine d’aller les voir.

Tout ce que vous avez à faire, c’est vous lancer.

 

Épinglez cet article sur Pinterest:

Vaincre son anxiété du voyage

Leave A Reply

Navigate